L'enterrement de Marguerite

Publié le

4348719772_e29d1818d8.jpg Marguerite avait 60 ans, 60 ans d'une vie bien remplie entièrement dévouée à sa famille.

Marguerite ne pensait qu'aux siens, à tel point que mercredi dernier, tellement occupée à satisfaire leurs moindres désirs elle en a oublié de respirer. Quant elle s'en est rendu compte c'était trop  tard. Elle a bien essayé de plaider sa cause là-haut, expliquant que c'était la première fois, St. Pierre fût intraitable. Il y a des choses dans la vie qui ne se font pas ! lui a t'il dit le sourcil fronçé, vous avez toute l'éternité pour y penser !

Dans la petite église du village parents et amis sont réunis autour du cercueil de Marguerite. Tout est en place. Les enfants de coeur la mine contrite, debouts devant l'autel attendent.

L'employé des pompes funèbres à pas feutrés, réprimant un toussotement de son poing délicatement posé sur sa bouche rectifie l'ordonnance des gerbes recouvrant le cataphalque.

Le silence est pesant, on attend Monsieur le Curé !

Les minutes passent, les enfants de coeur se poussent du coude, amusés par un fait connu d'eux seuls.

 

L'employé des pompes funèbres lassé de rectifier les gerbes de fleurs se tient raide les mains derrière le dos s'abimant dans la contemplatiion d'un point précis de la nef connu de lui seul.

Le silence pesant est rompu par le chuchotement de l'assistance, le raclement des pieds de chaises sur les dalles de pierre .

On attend Monsieur le Curé !

Soudain les premières notes du requiem de Fauré jaillissent de l'orgue centenaire sous l'impulsion des doigts et des pieds de Mademoiselle Morteface l'organiste. Les enfants de coeur rectifient leur position et se préparent à prendre place autour du Prêtre.

L'employé des pompes funèbres arrête sa contemplation et prend un air des plus grave.

Parents et amis s'ébrouent, tournent la tête vers la porte en chêne massif, eux aussi prêt à se lever dés l'apparition de l'officiant.

Une fois, deux fois, trois fois Mademoiselle Morteface reprend les premières mesures du requiem, les seules qu'elle connait, en principe celà suffit à donner le change,  aujourd'hui la situation lui demanderait de faire un récital car on attend toujours Monsieur le Curé.

La mèche en bataille, le col ouvert , Monsieur le Curé pousse la lourde porte de chêne, fait trois pas s'appuie sur le dossier du dernier banc, sourit béatement aux ouialles réunis et entame le regard fixe le menton bien droit, les mains le long de son corps, un périple des plus hésitant vers le coeur.

Ses efforts désespérés pour garder un semblant de tenue sont réduits à neant lors de la genuflexion. Perdant l'équilibre, dans un dernier sursaut il s'accroche à une gerbe et s'écroule une poignée d'immortelles à la main.

Le croque mort le relève, les parents de la défunte se précipitent ; surprise,   monsieur le Curé est complétement bourré.

Un HO! d'indignation monte de l'assistance, les enfants de coeur ne peuvent plus réprimer un énorme fou-rire qui se transforme en franche rigolade. Mademoiselle Morteface entame pour la énième fois les premières mesures de son air favori afin de conserver un semblant de recueillement à la cérémonie.

On prie monsieur le Curé de rentrer chez lui et de cuver, il refuse, le ton monte, manu militari l'employé des pompes funèbres tente de faire quitter l'église au Curé récalcitrant ; d'un coup de point magistral celui -ci met K O le pauvre croque mort ;  c'en est trop, un portable anonyme appelle la marée chaussée. Il était temps, la situation laissait apparâitre les prémices d'une bataille rangée.  

L'Archi Prêtre, responsable de cette cure assurera l'office expliquant que si les voies du Seigneur sont impénétrables il n'en est pas de même des vignes.

Marguerite, enfin, repose en paix dans sa dernière demeure.

Pourquoi cette histoire ? Parce que toutes ressemblances avec des faits ayant existé n'est pas fortuite.

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

marguerite 08/10/2010 17:18


alors comme ça tu enterres Marguerite dans la joie !
oh le traitre !
Marguerite


LIBELLULE 15/05/2010 15:44


Ah oui, oui, je l'ai entendue cette histoire.
Je ne sais pas ce qu'en a pensé Marguerite, mais d'autres auraient adoré voir un curé dans cete état le jour de leur enterrement...


JL 18/04/2010 18:08


Bon et alors c'est qui cette Marguerite ?